Prendre soin des enfants en crise : Les enfants et la dépression

Prendre soin des enfants en crise : Les enfants et la dépression
Par le Eliette Vrenelli García, Carolina, Porto Rico

La dépression est une maladie grave et fréquente. Cette dernière est bien réelle, elle arrive et est traitable. La société a stigmatisé la maladie mentale et, en tant que sel et lumière du monde, nous devons mettre fin à cette stigmatisation. Il est normal que les enfants se sentent tristes, irrités et aient des sautes d’humeur, mais lorsque ces sentiments négatifs persistent, il est possible que l’enfant soit aux prises avec la dépression.

Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (MDS) liste les critères suivants pour établir un diagnostic de dépression :

L’individu doit présenter 5 symptômes ou plus au cours d’une même période de 2 semaines: se sentir triste ou irritable, perte d’intérêt ou de plaisir dans presque toutes les activités, diminution du poids, insomnie ou hypersomnie, agitation psychomotrice, fatigue ou perte d’énergie, décroissance de la capacité de penser, se concentrer et faire des choix, pensées de mort récurrentes et/ou idées suicidaires, et sentiments de dévalorisation ou de culpabilité excessive et inappropriée.(1)

À l’occasion, cette condition n’est ni diagnostiquée ni traitée, car les symptômes peuvent passer pour des changements émotionnels normaux. Cependant, comme l’indiquent bien les critères de diagnostic, il faut non seulement que les symptômes soient présents, mais que 5 ou plus soient présents au cours de la même période. Parfois, l’enfant peut présenter quelques-uns des symptômes, mais pas tous ensemble ou pendant la période de 2 semaines. C’est là la raison pour laquelle il peut être déroutant de reconnaître quand l’aide est nécessaire.

Au cours de notre récente pandémie, le pourcentage d’enfants diagnostiqués avec une dépression a augmenté. Le Centre de Contrôle et de Prévention des Maladies (CCP) a constaté qu’entre avril et octobre 2020, les hôpitaux des États-Unis ont enregistré une augmentation de 24 % de la proportion de visites d’urgence en santé mentale chez les enfants âgés de 5 à 11 ans et une augmentation de 31 % pour les enfants âgés de 12 à 17 ans.(2) Ce problème n’est pas exclusif aux États-Unis. Une enquête de l’Organisation Mondiale de la Santé portant sur plus de 130 pays a révélé que plus de 60 % ont signalé des perturbations des services de santé mentale pour les personnes vulnérables, y compris les enfants et les adolescents. Pour les enfants, les fermetures d’écoles ont perturbé leurs routines, et beaucoup portent de nouveaux fardeaux qu’ils ne sont pas équipés pour gérer. En tant qu’adultes, nous pouvons atténuer leurs problèmes et les assister.

Si vous pensez que votre enfant ou un enfant de votre église pourrait être déprimé ou avoir des problèmes d’humeur, voici quelques conseils à suivre :

  • Ayez des conversations sur la dépression. Les enfants peuvent ne pas savoir comment ils se sentent, mais parlez-leur quand même. Écoutez leurs défis et aidez-les.
  • Prenez un rendez-vous avec le médecin de votre enfant. Il fera un examen complet, une évaluation et vous dirigera vers un spécialiste, si nécessaire.
  • Assurez-vous que l’enfant mange des aliments nutritifs, qu’il dorme suffisamment et qu’il pratique une activité physique quotidienne (de préférence à l’extérieur).
  • Plus important encore, soyez patient et gentil. Essayez d’être compréhensif et cultivez une relation positive avec lui ou elle.

Discussions avec les enfants sur la dépression
Par le Dr Shaun McKinley

Lorsque vous parlez à un enfant de votre ministère ou de votre foyer qui lutte contre la dépression, il est important de garder à l’esprit les mots que vous utilisez lorsque vous lui parlez, priez ou l’instruisez.

Ne jamais dire:

  • « Avec l’aide de Dieu, tu n’as pas besoin de prendre tes médicaments » ou « Tu dois te mettre en ordre avec Dieu». Parfois, nous commettons l’erreur de considérer la dépression comme un problème spirituel et non une condition médicale. Bien que le péché non confessé, la culpabilité et la honte peuvent causer une dépression, nous ne voudrions jamais qu’un enfant croie que ses sentiments résultent d’une relation brisée avec Dieu.
  • « Nous pouvons garder cela secret. » Bien qu’un enfant puisse souhaiter gagner votre confiance en vous communiquant ses pensées, il est parfois nécessaire d’impliquer les autres, surtout si la dépression conduit à des pensées suicidaires, à l’automutilation ou à une destruction potentielle. Ne laissez jamais un enfant seul dans sa souffrance. Si d’autres personnes doivent être impliquées, assurez-vous que l’enfant sache que vous essayez seulement de servir son meilleur intérêt.
  • « Arrête tout simplement d’avoir des pensées négatives ». Pour certaines personnes, il n’est pas possible d’avoir automatiquement des pensées positives. Malheureusement, l’inquiétude, l’anxiété et la peur sont des émotions contre lesquelles les enfants luttent et qui peuvent être difficiles à surmonter. Essayez d’aider l’enfant à développer des stratégies, priez avec lui et partagez la vérité de la Parole de Dieu.

Choses à dire :

  • « Parfois, je suis triste. Jésus s’est senti triste lui aussi. » Les enfants ont besoin de savoir que leurs émotions et leurs luttes sont normales pour tout le monde. En témoignant des luttes émotionnelles que vous avez eues, vous pouvez partager des solutions qui ont été efficaces pour vous. Matthieu 26:36-38 nous dit qu’une fois Jésus a ressenti de la tristesse lui aussi!
  • « Comment peux-tu améliorer cette situation ? » N’ignorez pas les commentaires négatifs. Demandez à l’enfant de penser à des façons positives de gérer ses émotions ou de changer ses situations négatives.
  • « Dieu t’aime et moi aussi. » Lorsque nous sommes déprimés, nous oublions parfois que les gens se soucient vraiment de nous. Il en est de même pour les enfants. Ils ont besoin de savoir que nous les aimons et leur Père céleste est présent dans leur situation.

 Aides bibliques
Psaume 42 :5
Psaume 146
Esaïe 40 :31
Lamentations 3 :19-26
Romains 8 :37-39
2 Corinthiens 1 :8-11
Phillippiens 4 :6
Phillippiens 4 :8
Hébreux 12 :12, 13
1 Jean 4 :18a

Références

  1. Association Psychiatrique Américaine. (2013). Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (5e éd.).
  2. Leeb RT, Bitsko RH, Radhakrishnan L, Martinez P, Njai R, Holland KM. Visites aux Services d’Urgence Liés à la Santé Mentale chez les Enfants de Moins de 18 Ans Pendant la Pandémie de COVID-19 – États-Unis, du 1er Janvier au 17 Octobre 2020. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2020